Aller au contenu
Accueil » Règlementation bivouac et camping sauvage (en tente de toit… ou non !)

Règlementation bivouac et camping sauvage (en tente de toit… ou non !)

  • par

La tente de toit, c’est un super moyen de passer la nuit sur la route : c’est pratique, c’est confortable et c’est fun ! Pas besoin d’installer la tente sur un sol pas toujours propre, sec ou plat : la tente est directement sur le toit de votre voiture, et il vous suffit de la déplier pour obtenir votre espace de couchage.
Avec ce système pratique et rapide, il devient super facile de s’arrêter pour la nuit quand on veut et faire une étape à son voyage. Le camping sauvage, surtout en tente de toit ou en van aménagé, ça fait rêver… Mais est-ce que ça veut dire qu’on peut dormir où on veut dans sa tente de toit ? Quelle est la règlementation ?


La règlementation bivouac et camping sauvage

Sur votre route, vous risquez de tomber sur des panneaux « Camping interdit » ou un affichage interdisant le camping, surtout sur les sites remarquables et touristiques (monuments, parcs nationaux, plages…) Ce n’est ni pour briser vos rêves d’aventure, ni vous forcer à aller dans les campings municipaux. Ces sites sont protégés, et avoir des dizaines de tentes ou de véhicules arrêtés au même endroit, avec l’activité des campeurs, les feux de camp ou les toilettes sauvages, nuit à la préservation de la nature et de la faune sauvage. Aussi, en France et dans la plupart des pays d’Europe, le camping sauvage et le bivouac sont règlementés.

(Voir notre article « Où dormir en tente de toit » )

Pour éviter tout souci ou litige, il est important d’être au courant de la règlementation concernant le camping et le bivouac avant de prendre la route.

Malheureusement, les règles sont assez floues quand il s’agit de savoir si on peut se garer n’importe où pour camper avec sa tente de toit. Doit-on étudier la loi sur le camping ? Ou bien celle du stationnement avec son véhicule ?

Le concept de tente de toit étant assez récent, il n’existe pas vraiment de lois spécifiques. Il faudra donc se référer aux règles concernant à la fois le camping, le stationnement, et le bon sens !

Le texte de Loi concernant le camping se trouve dans le code de l’urbanisme, Article 111-33, et concerne également le code de l’environnement.

Dormir dans / sur son véhicule (tente de toit, cellule de pick-up…)

En gros, il n’est pas interdit de dormir dans son véhicule, mais rien ne dit que vous en avez le droit n’importe où. La notion est assez floue et reste sujette à interprétation en fonction de l’endroit où vous vous trouvez.

Le bivouac en voiture est soumis à une tolérance, et la législation qui va alors s’appliquer est celle du code de la route (pour votre emplacement de stationnement) et celle du bon sens (pour votre comportement en camping et votre respect de la zone).
Ainsi, à partir du moment où vous êtes garés correctement sur un emplacement où le stationnement est autorisé, a priori pas de souci.

Quand vous passez la nuit quelque part, en réalité, vous n’allez sans doute pas vouloir uniquement rester dans votre tente de toit pour dormir… Si vous vous installez sur le lieu, avec tables, chaises, réchaud, douche de camping, etc, vous entrez dans la catégorie « camping », et dans ce cas il convient de vérifier que le camping est autorisé à cet emplacement. Attention aussi aux feux qui, en pleine nature, sont souvent interdits hors des aires dédiées au camping ! Rappelez-vous qu’il est interdit de camper sur la voie publique, et que vous pouvez être verbalisés.

A ce stade, il est alors important de différencier un « camping » d’un « bivouac ».

Un bivouac est un campement sommaire et temporaire, en pleine nature ou dans des endroits peu aménagés (où il serait compliqué de trouver un hébergement, par exemple). C’est un aménagement simple, avec une toile de tente ou un tarp, mis en place à la nuit tombante jusqu’au lever du soleil.

La notion de simplicité et de courte durée sont les principaux critères du bivouac.

réglementation bivouac camping sauvage

La loi considère ainsi le bivouac comme une solution rudimentaire que pratiquent les randonneurs ou les cyclistes, qui voyagent léger et passent la nuit de cette façon car ils n’ont pas forcément d’autres alternatives d’hébergement.

En tente de toit, la notion de bivouac s’applique ainsi si vous passez la nuit sur une aire de repos ou dans la nature, et que vous ne restez que le temps de vous reposer, sans déballer tous vos accessoires de camping !

Le camping sauvage est l’installation d’un campement pendant 1 ou plusieurs jours, en dehors d’une zone prévue à cet effet (campings privés). C’est notamment le cas si vous restez stationnés au même endroit toute la journée ou pour une durée plus longue, et que vous installez nécessaire de cuisine, douche de camping, fil à linge, etc.

La notion de durée indéterminée rentre également en compte, à l’inverse d’un bivouac qui se pratique pour la nuit, du coucher au lever du soleil.

réglementation bivouac camping sauvage

Même s’il n’y a pas de réelle distinction au niveau juridique, la différence tacite entre bivouac et camping sauvage réside dans la notion de durée et de nécessité : le bivouac intervient lorsqu’on ne peut pas trouver un autre type d’hébergement, par exemple.

Ce terme peut se retrouver dans les règlements de parcs nationaux ou zones naturelles, où il existe des règlementations spécifiques : en général, le bivouac est toléré à proximité des itinéraires et des refuges pour randonneurs, mais le camping pour les véhicules reste interdit.

Pour résumer, on peut globalement passer la nuit partout où ce n’est pas interdit ! Oui, c’est logique, donc évidemment, inutile d’ouvrir sa tente devant le panneau avec la toile de tente barrée : on avance un peu et on recherche un autre endroit !

(Voir notre article « Où dormir en tente de toit« )

On peut bivouaquer partout, à l’exception des lieux privés, et des lieux suivants :

  • Les forêts et parcs classés comme « espaces boisés à conserver »
  • Les routes, chemins et bords de mer
  • A moins de 200 m d’une source d’eau potable
  • Les zones de protection du patrimoine et de la nature
  • A moins de 500 m d’un monument historique
  • Tout lieu public signalé par affichage ou arrêté préfectoral ou communal, interdisant la pratique du camping sur une zone en particulier.

La législation varie d’un pays à l’autre, et parfois les règles sont un peu floues.

En pleine nature, vérifiez que vous ne vous trouvez pas sur un terrain privé (champ, pâture…). Sans l’autorisation du propriétaire, c’est interdit et peut être considéré comme une violation de propriété. Evidemment, comme vous n’avez pas envie de ponctuer votre aventure d’un tel litige, recherchez le propriétaire et demandez-lui son accord si vous souhaitez vous poser.

Dans les parcs nationaux et parcs naturels régionaux, le camping sauvage est interdit, mais le bivouac est généralement autorisé. Avant votre départ, vérifiez bien les règles spécifiques à chaque parc que vous souhaitez visiter.

Règlementation en France pour la tente de toit

La tente de toit est une notion originale, puisqu’elle implique la pratique du camping sous toile de tente, en même temps que celle de dormir dans (en l’occurrence, sur) son véhicule. Le concept est assez récent, c’est pourquoi il n’existe pas encore de législation spécifique à la tente de toit.

On peut donc hésiter sur les règles à suivre : celles du bivouac, du camping-car, des vans aménagés ?…

Afin de rester dans la légalité pendant votre voyage, il convient de croiser un peu les règles des différents types de camping. L’usage d’une tente de toit sans déport revient à dormir dans son véhicule au même titre d’un camping-car ou un van aménagé, par exemple.
Restez vigilent sur les règlementations affichées dans les zones que vous traversez, et évidemment, faites preuve de bon sens quant à votre installation et votre comportement sur le site ! Une attitude courtoise et respectueuse de l’environnement aura plus de chance d’inciter à la tolérance de la part des autorités ou des riverains.

En bref, les règles d’or pour camper en tente de toit :

  • Discrétion : choisissez des endroits isolés, évitez de déballer tout votre matériel inutilement, ne soyez pas bruyants
  • Respect du site : emportez vos déchets, respectez la faune et la flore, n’évacuez pas d’eaux sales
  • Mobilité : essayez de ne pas rester plus d’une nuit au même endroit, soyez prêt à partir rapidement, respectez les règles de stationnement et de camping

Les tentes de toit se distinguent en 2 catégories, et la réglementation n’est pas la même en fonction du type de tente :

Tente de toit sans déport : une fois dépliée, la tente ne dépasse pas les dimensions du véhicule. Elle est alors considérée comme faisant partie du véhicule. La plupart des tentes de toit rigides ne dépassent pas du gabarit du véhicule, comme par exemple la tente de toit NaïtUp Duo ou la Maggiolina Airlander.

Vous pouvez alors dormir dans tout endroit où le stationnement est libre et autorisé la nuit. Afin de ne pas déborder dans les restrictions du camping, il convient de garder une installation sobre et de respecter la tranquillité du lieu.

Tente de toit sans déport
La tente de toit NaïtUp Duo est une tente sans déport.


Tente de toit avec déport ou annexe : une fois dépliée, la tente déborde d’un côté et dépasse donc les dimensions du véhicule. C’est alors considéré comme du camping sauvage, il est interdit de passer la nuit sur un parking public. La majorité des tentes de toit souples du marché, comme la Décathon MH500 ou la Thule Tepui, sont des tentes de toit avec déport.

Vous devrez alors vous référer aux règles du camping sauvage énoncées ci-dessus.

Reglementation camping sauvage
Tente de toit Thule Autana avec déport.

Que vous voyagiez en France ou dans d’autres pays du monde, renseignez-vous sur la législation en vigueur dans les régions où vous avez l’intention de camper, et les restrictions spécifiques aux sites classés ou protégés (parcs nationaux, côtes…).

En Europe, le camping sauvage est interdit dans certains pays, mais autorisé et encouragé dans d’autres, de même que la possibilité de dormir dans son véhicule !

Les règlements sont soit identiques pour tous les types de campement, soit découlent de la loi concernant le droit de dormir dans son véhicule. En résumé, si ce n’est pas interdit, c’est autorisé !